Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

Partenaire

BIOGRAPHIE DE JEAN PAUL BELMONDO

Jean Paul Belmondo
NOM : Jean Paul BELMONDO
MÉTIER : Acteur
NAISSANCE : le 9 Avril 1933
ÂGE : 81 ans

 

Né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine, Jean-Paul Belmondo est le fils du célèbre sculpteur Paul Belmondo (1898 – 1982). Elève dissipé et bagarreur, il s’intéresse tout d’abord à la boxe et au football. Adolescent, il est victime d’une infection des bronches et profite d’une mise au vert en Auvergne pour prendre une décision ferme et définitive : il sera comédien.

Il prend des cours de théâtre sous la direction de Raymond Girard qui l’aide à entrer au Conservatoire d’art dramatique en 1951. En 1953, il fait ses débuts sur les planches dans deux pièces, Médée de Jean Anouilh et Zamore de Georges Neveux. Il obtient son premier rôle au cinéma en 1957 dans Sois belle et tais-toi de Marc Allegret.

Deux ans plus tard, sa prestation dans A bout de souffle de Jean-Luc Godard en fait un des acteurs les plus en vue de la Nouvelle-Vague. En 1964, avec L’Homme de Rio de Philippe de Broca, il accède au rang de star du cinéma français.

Pendant plusieurs années, il alterne les films d’auteurs avec des comédies légères. A partir de la fin des années 70, il joue dans des films écrits pour lui, où son personnage de héros solitaire et revanchard séduit un large public et remplit chaque fois les salles. En 1989, il se voit attribuer un César, son premier, pour son interprétation dans Itinéraire d’un enfant gâté de Claude Lelouch. Néanmoins, il refuse le César, arguant que le sculpteur César, créateur de l’objet, a dit un jour du mal de son père…

Séducteur dans ses films, il l’est également dans sa vie. Il se marie en 1953 avec Elodie Constantin, une danseuse avec qui il fait trois enfants : Patricia, en 1958 (décédée dans un incendie en 1994), Florence, en 1960 et Paul, en 1963. Il divorce en 1966 et connaît alors de nombreuses aventures sentimentales. La presse en fera ses choux gras, notamment lors de sa liaison avec Ursula Andress puis Laura Antonelli. En décembre 2002, il épouse Natty, une ex Coco-Girl dont il partage la vie pendant 13 ans. Ensemble, ils ont une fille, Stella, née le 13 août 2003.

En août 2001, Jean-Paul Belmondo a été victime d’un accident vasculaire cérébral qui a nécessité plusieurs jours de soins intensifs à l’hôpital Saint-Joseph de Paris.

Fin 2008, Jean-Paul Belmondo et Natty annoncent leur séparation, quelques mois avant la sortie sur grand écran d’Un homme et son chien, signant le grand retour de Bebel.

Filmographie :
2013 : Les Bandits manchots de Claude Lelouch
2008 : Un homme et son chien, de Francis Huster
2000 : Les Acteurs, de Bertrand Blier
2000 : Amazone, de Philippe de Broca
1999 : Peut-être, de Cédric Klapisch
1998 : Une chance sur deux, de Patrice Leconte
1996 : Désiré, de Bernard Murat
1995 : Les Misérables, de Claude Lelouch
1995 : Les Cent et une nuits de Simon Cinéma, d’Agnès Varda
1992 : L’Inconnu dans la maison, de Georges Lautner
1988 : Itinéraire d’un enfant gâté, de Claude Lelouch
1987 : Le Solitaire, de Jacques Deray
1986 : Les pros, de Florence Moncorgé-Gabin (documentaire)
1985 : Hold-up, d’Alexandre Arcady
1984 : Les Morfalous, d’Henri Verneuil
1984 : Joyeuses Pâques, de Georges Lautner
1983 : Le Marginal, de Jacques Deray
1982 : L’As des as, de Gérard Oury
1981 : Le Professionnel, de Georges Lautner
1980 : Le Guignolo, de Georges Lautner
1979 : Flic ou voyou, de Georges Lautner
1977 : L’Animal, de Claude Zidi
1976 : Le Corps de mon ennemi, d’Henri Verneuil
1976 : L’Alpagueur, de Philippe Labro
1975 : Peur sur la ville, d’Henri Verneuil
1975 : L’Incorrigible, de Philippe de Broca
1974 : T’es fou Marcel…, de Jean Rochefort (court-métrage)
1974 : Stavisky… (L’empire d’Alexandre), d’Alain Resnais
1973 : Le Magnifique, de Philippe de Broca
1973 : L’Héritier, de Philippe Labro
1972 : La Scoumoune, de José Giovanni
1972 : Docteur Popaul, de Claude Chabrol
1971 : Les Mariés de l’an II, de Jean-Paul Rappeneau
1971 : Le Casse, d’Henri Verneuil
1970 : Borsalino, de Jacques Deray
1969 : Un homme qui me plaît, de Claude Lelouch
1969 : Le Cerveau de Gérard Oury
1969 : La Sirène du Mississippi de François Truffaut
1969 : Dieu a choisi Paris documentaire de Gilbert Prouteau et Artuys
1968 : Ho ! de Robert Enrico : François Holin, dit « Ho »
1967 : Le Voleur, de Louis Malle
1967 : Casino Royale, de John Huston (sketch)
1966 : Tendre Voyou, de Jean Becker
1966 : Paris brûle-t-il?, de René Clément
1966 : Le Démoniaque, de René Gainville (non crédité)
1966 : La Bande à Bebel, de Charles Gérard (court-métrage documentaire)
1965 : Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard
1965 : Par un beau matin d’été, de Jacques Deray
1965 : Les Tribulations d’un Chinois en Chine, de Philippe de Broca
1965 : Jean-Paul Belmondo, de Claude Lelouch (court-métrage documentaire)
1964 : Week-end à Zuydcoote, d’Henri Verneuil
1964 : Les Don Juan de la Côte d’Azur, de Vittorio Sala (non crédité)
1964 : La Chasse à l’homme, d’Edouard Molinaro
1964 : L’homme de Rio, de Philippe de Broca
1964 : Echappement libre, de Jean Becker
1964 : Cent mille dollars au soleil, d’Henri Verneuil
1963 : Peau de banane, de Marcel Ophüls
1963 : Le jour le plus court, de Sergio Corbucci
1963 : Le Doulos, de Jean-Pierre Melville
1963 : La mer à boire (Mare Matto), de Renato Castellani
1963 : L’Aîné des Ferchaux, de Jean-Pierre Melville
1963 : Dragées au poivre, de Jacques Baratier
1962 : Un singe en hiver, d’Henri Verneuil
1962 : Un coeur gros comme ça, de François Reichenbach (documentaire)
1962 : Cartouche, de Philippe de Broca
1961 : Une femme est une femme, de Jean-Luc Godard
1961 : Un nommé La Rocca, de Jean Becker
1961 : Riviera-Story, de Wolfgang Becker
1961 : Les Amours célèbres, de Michel Boisrond
1961 : Léon Morin, prêtre, de Jean-Pierre Melville
1961 : La Novice, d’Alberto Lattuada
1960 : Moderato Cantabile, de Peter Brook
1960 : Les Distractions, de Jacques Dupont
1960 : La Viaccia (Le mauvais chemin), de Mauro Bolognini
1960 : La Française et l’amour, d’Henri Verneuil
1960 : La Ciociara (La paysanne aux pieds nus), de Vittorio de Sica
1960 : Classe tous risques, de Claude Sautet
1960 : A bout de souffle, de Jean-Luc Godard
1959 : Mademoiselle ange, de Geza Radvanyi
1959 : Charlotte et son jules, de Jean-Luc Godard (court-métrage)
1959 : A double tour, de Claude Chabrol
1958 : Un drôle de dimanche, de Marc Allégret
1958 : Sois belle et tais-toi, de Marc Allégret
1958 : Les Tricheurs, de Marcel Carné
1957 : Les copains du dimanche, d’Henri Aisner
1957 : À pied, à cheval et en voiture, de Maurice Delbez
1956 : Molière, de Norbert Tildian (court-métrage)

purepeople.com

Nos articles aléatoires en revue
Catégories
Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 2 autres abonnés

Partenaire
Les bonnes idées