Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

Comment Walt Disney a-t-il pu destiner une scène
aussi tragique à des millions d’enfants?

bambi des studios Disney (1942)

Il y a 70 ans, le 13 août 1942, les spectateurs new-yorkais découvraient pour la première fois le légendaire film de Walt Disney…

« Maman…? ». Ah… rien que ce mot. Peut-être le plus déchirant de l’histoire du cinéma. Au bout de 40 minutes de film, Bambi le prononce d’une voix chevrotante, inquiet que sa mère ne le suive plus alors qu’ils cherchaient ensemble de quoi se nourrir au milieu de l’hiver. Le « Grand Prince de la Forêt » apparaît alors à travers d’épais flocons de neige, et lui dit: « Ta mère ne sera plus jamais auprès de toi ». Vous avez pleuré ? Nous aussi. Et les spectateurs présents ce 13 août 1942 au célèbre Radio City Music Hall de Manhattan, sans doute autant. Comment Walt Disney a-t-il pu destiner une scène aussi tragique à des millions d’enfants?

Un film d’horreur…

Le plus célèbre des animateurs, qui signe avec Bambi le cinquième « classique d’animation » des studios Disney, après Blanche-Neige et les sept nains, Pinocchio, Fantasia et Dumbo, déclarera un jour que Bambi, qu’il a adapté du roman de Felix Salten paru en 1923, est son préféré. « De tous les films que j’ai pu faire, Bambi a été le choix le plus heureux. Je ne vois pas d’histoire ou de sujet qui puisse toucher les gens davantage ». On ne lui fait pas dire.

Déjà à l’époque, les critiques s’insurgent contre la tristesse du scénario, trop dur à encaisser par les enfants. Walt Disney, qui jusqu’ici n’avait réservé la mort qu’aux personnages de sorcières ou de monstres, se défend en expliquant avoir voulu rester fidèle au livre de Felix Salten. Il sera plus franc dans une autre interview, en affirmant qu’il ne lui semblait pas utile de « dédramatiser » de telles histoires pour les enfants, que ce soit en film ou dans la vraie vie.

La fameuse scène a pourtant bien été édulcorée, révèlent Frank Thomas et Ollie Johnston dans Disney Animation, The Illusion of Life. Initialement, la mère de Bambi apparaissait touchée à la tête et s’effondrant sur le flanc. Les images avaient finalement été retirées. Mais suggérée, la mort n’en est pas moins choquante. Bambi a même l’honneur de figurer dans le top 25 des films d’horreur établi en 2007 par Richard Corliss, du Time Magazine. Car oui, à 5 ans, quand on croit que ses parents sont éternels, on ne comprend vraiment pas pourquoi la maman de Bambi ne revient pas. Et ça, c’est pire que la scène de la douche dans Psychose. Enfin presque.

… et militant pour la cause animale ?

Autres victimes collatérales de Bambi:
les chasseurs. Car les méchants, les coupables, ce sont eux. Ils estiment à l’époque être présentés dans le film de manière caricaturale. A tel point qu’ils s’opposent en 1942 à la première mondiale qui devait d’abord avoir lieu dans le Maine, et fut finalement annulée par le gouverneur de l’Etat.

Ils avaient raison de s’inquiéter. Car Bambi a fait naître des vocations de militants pour la cause animale… Parmi eux, Paul McCartney, qui est né l’année de la sortie du film. L’ex-Beatle a confié en 2005 à la presse anglo-saxonne avoir été très marqué par des films comme Bambi et Dumbo. « Je pense que Bambi m’a fait grandir avec l’idée que la chasse n’est pas quelque chose de bien (« isn’t cool », ndlr) et « qu’il ne faut pas être cruel envers les animaux » avait-il dit. Bambi, une leçon de vie ?

La bande annonce Bambi, long-métrage d’animation
des studios Disney, sorti en 1942

 

➔ Etes-vous encore hanté par les images de Bambi ? Autorisez-vous vos enfants à le regarder ? Avez-vous été « traumatisés » par d’autres films de Walt Disney comme Le Roi Lion, ou Nemo ? Dites-le dans les commentaires ou écrivez à [email protected]

[via]  Annabelle Laurent, 20minutes.fr

Catégories
Archives
GRAND Galleries
ELODIE BOUCHEZ
GRAND Galleries