Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

Les Français sont moins heureux au travail

Illustration d'une entreprise Meigneux / SIPA

Etude, Selon le baromètre du bonheur au travail publié ce vendredi 15 Octobre

A la question « êtes-vous heureux au travail? »,
69% des salariés répondent oui. C’est le résultat du baromètre du bonheur au travail, de 20minutes.fr, En Ligne Pour l’Emploi et OpinionWay, publié ce vendredi. Un chiffre important mais en forte baisse par rapport à l’enquête d’octobre 2009. Ils étaient alors 77% à nager dans le bonheur professionnel.

Collègues chéris
Les collègues sont toujours ce que les Français préférèrent dans leur entreprise. Pour 79% des personnes interrogées (contre 86% en 2009) « les gens avec qu’ils travaillent » sont ce qu’ils aiment le plus au bureau. Ils apprécient aussi particulièrement ce qu’ils apprennent (77%) et le contenu de leurs tâches et missions (74%). Mais à côté, les choses ne sont pas si roses. Effet direct de la crise, 60% et 56% des personnes interrogées ont respectivement connu une augmentation de leur charge de travail et de leur rythme de travail.

Stress en hausse
Pour 30% des personnes interrogées, le stress arrive ainsi en tête de ce qu’ils aiment le moins dans leur vie professionnelle. Un chiffre en hausse de quatre points par rapport à l’année dernière.

Autres griefs:
le manque de perspectives d’évolution verticale (28%), ainsi que les astreintes et contraintes horaires qui pèsent sur la vie familiale (18%).

Travailler plus longtemps
En plain débat sur la réforme des retraites et l’emploi des seniors, le baromètre s’est aussi intéressé à la répartition des âges dans les entreprises. Le panel est ainsi très favorable à un équilibre professionnel entre générations. Dans les faits, le bilan ne va cependant pas dans ce sens. Seuls 24% des personnes interrogées estiment que les jeunes salariés (moins de 30 ans) et les seniors (plus de 55 ans) sont présents à parts égales dans l’entreprise.

Et ce sont souvent les salariés les plus âgés qui manquent à l’appel. En cause: le manque de candidatures et d’opportunités pour 32% des personnes interrogées, ainsi que le coût de l’embauche (19%). Les réticences à l’embauche des jeunes sont aussi à chercher du côté du manque d’opportunités (38%) et de compétences (19%).

S’arrêter à 60 ou 62 ans
Mais jeunes ou seniors, femmes ou hommes, hors de question d’aller encore au bureau au-delà de l’âge légal de départ à la retraite. 69% des personnes interrogées ne veulent ainsi pas travailler après 60 ans, pour l’instant, ou 62 ans d’ici à 2018, comme le prévoit l’actuelle réforme du gouvernement.

 

Étude quantitative réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 805 salariés, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge et de catégorie socioprofessionnelle. Les personnes ont été interrogées en ligne du 29 septembre au 06 octobre 2010.

[via] E.M., 20minutes.fr

Catégories
Archives
GRAND Galleries
CLAUDIA CARDINALE
GRAND Galleries