Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

Johnny, solide comme le fer à la Tour Eiffel

Johnny Hallyday arrive à la station de radio RTL à Paris, le 30 mai 2011Le Floch/SIPA

Johnny Hallyday avec une bonne bedaine, habillé d’un gros sac et une barbe blanchissante? Que les fans se rassurent, le chanteur était sémillant, affûté et tout en rock’n roll attitude samedi soir en conférence de presse pour présenter sa prochaine tournée.

La touche Père Noël ne concernait que son nouveau titre Autoportrait, disponible en téléchargement gratuit «en cadeau de Noël» à son public. Johnny l’a interprété après avoir répondu aux journalistes lors d’un concert sur une scène installée au premier étage de la Tour Eiffel. Le show fera l’objet d’une émission diffusée le 22 décembre sur @liveathome et le 31 décembre sur TMC. Retour sur la soirée come-back du taulier.

Johnny à la conquête du monde

« Avant, j’avais un producteur qui ne m’envoyait jamais à l’étranger ». Une petite balle perdue pour Jean-Claude Camus, producteur historique de Johnny remplacé par Gilbert Coullier. Après l’interruption du Tour 66 pour raisons de santé – « je n’ai jamais été malade, j’ai eu mal au dos et j’ai eu une opération qui n’a pas réussi », précise Johnny – le chanteur entamera le 24 avril à Los Angeles une série de 32 dates. Au programme, Londres, Moscou, Genève, trois soirs au Stade de France et les étapes régionales.

Johnny et la foire aux vins de Colmar

Les journalistes ont réservé un bon accueil au chanteur. Et des questions pas trop compliquées. «Bonjour, vous venez chanter pour la douzième fois à la foire aux vins de Colmar…» « Johnny, ici France Bleu Isère, vous terminez par Grenoble, une ville particulière car votre maman y a vécu»… A décliner en «Bonjour, Actualités juives, vous chantez pour la première fois à Tel Aviv, pourquoi»? «Bonjour, vous faites quatre dates à Montpellier, est-ce pour être proche de votre belle-famille?». Hallyday s’est prêté de bonne grâce à l’exercice. Sauf quand une journaliste du Parisien a évoqué des chiffres de ventes pas mirobolants pour la tournée. Réponse très violente de Johnny «Le Parisien est le seul quotidien français qui ne parle que d’argent, que de nombre de places à vendre. Le Parisien a une dent contre moi, j’en ai rien à foutre». Une conférence de presse spéciale donc, et plus proche des questions-réponses aux fans. La preuve: elle était suivie d’un concert.

Johnny sur scène en patron

Gabrielle, Toute la musique que j’aime, L’idole des jeunes… En une dizaine de titres, Johnny Hallyday a montré qu’il était en pleine forme. Il a interprété à deux reprises Autoportrait, une nouvelle chanson, puissante – démonstration probante lors du mini-concert de la Tour Eiffel, à faire rugir les stades à venir. En somme, un retour à la geste hallidayenne pure et dure après un dernier album aux accents un peu éloignés de son univers. Du vrai Johnny, en homme incompris du monde. «Je suis lâche, je suis fort, je suis tout ce que tu veux. Un héros, un cador, un prince. (…)On m’a fait tant d’autoportraits. (…) ce qui est vrai je le jure, c’est que je ne serai plus personne si tu m’abandonnes». Le morceau est dédié à sa femme et à son public.

Johnny, Téléphone et FFF

En première partie de sa tournée, Louis Bertignac, l’ex-guitariste de Téléphone. «J’étais un grand fan de Téléphone, j’étais jaloux parce qu’ils faisaient plus de monde que moi dans les salles», a rigolé Johnny. Et Yarol Poupaud de FFF. Très à l’aise en conférence de presse, comme sur scène dans ses nouveaux habits. Les titres de la tournée seront «des chansons qui ont marché mais pas chantées depuis longtemps sur scène». Un nouvel album est prévu pour fin 2012.

[via]  Alice Coffin, 20minutes.fr

Catégories
Archives
GRAND Galleries
GRAND Galleries