Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

BD. Le festival Quai des Bulles à Saint-Malo ce week-end

Le festival de BD Quai des Bulles jusqu'à dimanche à Saint-Malo. Marc Ollivier

Tout le week-end, le festival de BD Quai des Bulles de Saint-Malo offre un autre regard sur la bande dessinée grâce aux expositions. Au-delà de la beauté des images, le public découvre les coulisses des albums.

Le festival de la bande dessinée et de l’image projetée Quai des Bulles, niché au pied des remparts de Saint-Malo, a deux faces. D’un côté, le salon du livre avec tous ses stands et ses auteurs en dédicace. De l’autre, le Palais du grand large et sa dizaine d’expositions.

Le public qui arrive dans les salles ne s’y trompe pas. Ils entrent dans un antre qui va leur faire découvrir le travail gargantuesque des auteurs. La première porte ouvre sur les 25 ans de Delcourt. La maison d’édition révèle, par exemple, les dessous de De cape et de crocs.

Les visiteurs admirent, présentés en parallèle, les dessins préparatoires puis l’ajout des couleurs. Des versions de récits, des esquisses montrent tous les échanges entre le scénariste et l’illustrateur avant d’arriver à une planche définitive.

Esquisses et anecdotes

Cette idée de dévoiler les coulisses se poursuit avec Ralph Meyer. L’auteur a confié aux organisateurs ses études pour la couverture de XIII. Amusant de voir le héros, en chemise ou en pardessus, de face ou de profil. Le public feuillette aussi beaucoup ses carnets de croquis. On trouve même des extraits, en avant-première, de livres d’albums qui ne sortiront que l’année prochaine.

Dans la salle suivante, les curieux font la connaissance de Georges Beuville. Dessinateur hors pair des années 20, précurseur dans la publicité, c’est une référence pour les pros. Une découverte savoureuse ? L’anecdote racontée sur un des panneaux. Hergé aimerait travailler avec Beuville sur Tintin. « La BD ne m’intéresse pas », répondra l’artiste. « Vous mettez un texte pour cacher le dessin, c’est du remplissage. »

Les crayonnés de Jérôme Lereculey sont là pour prouver qu’une BD c’est tout sauf un petit dessin vite fait. Là encore, les spectateurs s’initient au tracé, aux ombres et aux effets. Sous l’objectif d’Hippolyte, c’est une explosion de techniques qui prouvent que la photo, la gravure sur des cartons noirs, l’aquarelle, le stylo-bille sont autant d’outils efficaces.

Un arrêt devant les vitrines du tour du monde des Marca. Le couple aux magnifiques carnets de voyage vide son sac de globe-trotter où l’on pioche pêle-mêle un ticket de bus, de l’argent asiatique, des pinceaux broussailleux. Autant d’éléments qui donnent chair aux albums de papier glacé.

✰ Jusqu’à dimanche, à Saint-Malo, de 9 h 30 à 19 h.
✰ Rencontres, spectacles, cinéma, ateliers pour enfants.
✰ Un jour : 7 €. Deux jours : 12 €. Gratuit pour les moins de 12 ans.

[via]  Karin Soulard, ouest-france.fr

Catégories
Archives
GRAND Galleries
CHLOE LAMBERT
GRAND Galleries