Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

Le Mondial : L’Angleterre et les Etats-Unis se qualifient

Groupe C Battue 0-1 par l’Angleterre, la Slovénie est éliminée en raison d’un but marqué in extremis par les Etats-Unis face à l’Algérie.

La joie anglaise © AFP

Malheureuse contre les Etats-Unis, indigente contre l’Algérie, l’Angleterre a dû canaliser sa peur tout au long d’un match étouffant pour battre la Slovénie (1-0) mercredi à Port Elizabeth et forcer la porte des 8e de finale du Mondial-2010.

La Slovénie a de son côté tout perdu : la victoire des Etats-Unis contre l’Algérie (1-0) la prive à la dernière minute d’une qualification pour la deuxième phase.

Capello peut souffler : son équipe d’Angleterre ne rejoindra pas dans l’histoire celles de 1950 et 1958 qui ont connu l’infâmie de rentrer à la maison dès la phase de groupes.

« J’ai retrouvé l’équipe que j’avais aimé lors des qualifications », a jubilé le sélectionneur des Anglais Fabio Capello. « Nous sommes maintenant libérés, nous n’avons plus de craintes à avoir, nous sommes heureux pour nos supporteurs. »

Pour les Anglais, Port Elizabeth a pourtant eu des allures de port de l’angoisse. Car après une ouverture du score relativement rapide par Defoe (23), l’Angleterre est restée jusqu’au bout sous la menace d’une égalisation, faute d’avoir su concrétiser ses nombreuses occasions.

Ce succès, qui permet à l’Angleterre de terminer 2e du groupe C et d’envisager un 8e de finale contre le 1er du groupe D (Allemagne, Ghana, Serbie ou Australie), est incontestablement celui de Capello.

Grand frisson Car les héros du jour s’appellent James Milner et Jermain Defoe, deux choix forts du technicien italien. C’est sur un centre du premier que le second a propulsé de volée le ballon au fond de la cage de Handanovic à la 23e minute (1-0).

Droit dans ses bottes, Capello avait décidé de garder son système de jeu avec Gerrard en milieu gauche, malgré la fronde menée ces derniers jours par Terry, qui réclamait la titularisation de Joe Cole. Choix judicieux, après coup.

Dès le coup d’envoi, la peur que Capello a dénoncée après le nul aphone contre l’Algérie (0-0) était pourtant bien présente dans les têtes anglaises. Milner perdait tous ses ballons, Terry était fébrile, Upson, qui remplaçait Carragher suspendu, paraissait tétanisé : les Slovènes gagnaient les duels et Capello enrageait.

Le but de Defoe était une délivrance mais une autre peur se fit jour aussitôt : comment rater autant d’occasions sans le payer à un moment donné ? La 68e minute restera à ce titre comme le plus grand frisson de la partie. Que serait-il advenu de l’Angleterre si la triple salve des attaquants slovènes n’avait pas été contrée à l’arraché par les cuisses et les genoux des défenseurs anglais ? De l’autre côté du terrain, Rooney et consorts se sont heurtés à un portier slovène, Handanovic qui a multiplié les exploits (Defoe puis Gerrard (30), Terry (57), Rooney (58, tir dévié sur le poteau).

La finition n’était pas au programme mais qu’importe : seule la qualification compte.

Etats-Unis – Algérie 1-0
Les Etats-Unis, en marquant dans les arrêts de jeu, se sont qualifiés pour les huitièmes de finale du Mondial-2010 en s’imposant 1-0 face à l’Algérie, une nouvelle fois trahie par son inefficacité offensive et éliminée de la Coupe du monde, mercredi à Pretoria (groupe C).

Sous les yeux de Bill Clinton, les Américains auront souffert jusqu’au bout mais in fine décroché une qualification méritée tant ils se sont créé les meilleures occasions tout au long du match. Ils effacent ainsi leur grosse désillusion du Mondial-2006 (élimination au 1er tour).

« Quelle émotion ! On a tellement poussé à la fin du match pour marquer ce but. Je ne pouvais pas le manquer. On est toujours en vie ! », a exulté le milieu vedette Landon Donovan, auteur du but de la victoire, reprenant de près un ballon relâché par le gardien algérien Mbolhi, pourtant irréprochable jusque-là, à la suite d’un centre d’Altidore (90+1).

Jusque-là, les Américains, plus percutants que leurs adversaires, avaient constamment échoué devant le but algérien, butant sur Mbolhi ou sur le poteau (Dempsey, 56). Ils avaient pourtant marqué en première période, mais le but de Dempsey avait été refusé pour un hors jeu ne sautant pas aux yeux, et ce comme lors du deuxième match contre la Slovénie (2-2).

Pour l’Algérie, le beau rêve né le soir d’un match de barrage épique au Soudan contre l’Egypte en novembre, a donc pris fin.

La qualification s’est vite avérée impossible : compte tenu de la victoire de l’Angleterre face à la Slovénie (1-0) dans l’autre match du groupe, les Fennecs devaient gagner avec au moins deux buts d’écart. Mais vu sa totale incapacité à marquer – zéro but en trois matches ! –, l’Algérie n’était vraiment pas suffisamment armée pour prétendre aux huitièmes.

« On a trouvé des défenseurs, des milieux, maintenant il faut trouver des oiseaux rares en attaque et il faut travailler », a glissé le sélectionneur Rabah Saâdane.

La seule grosse occasion est intervenue à la 6e minute : un tir sur la barre de Djebbour, parfaitement lancé dans l’axe par Bougherra. Mais malgré leur bonne volonté, les Fennecs n’ont ensuite plus vraiment inquiété le gardien Howard, exception faite de deux frappes lointaines de Matmour (38, déviée par Howard) puis Ziani (43, au-dessus).

Et signe supplémentaire de leur insuffisance à ce niveau, c’est leur gardien qui aura sans conteste été le meilleur, s’interposant notamment parfaitement sur une frappe de Donovan (35) puis une tête de Buddle (67), avant, malheureux, de s’incliner dans les dernières secondes.

[via] (afp), lesoir.be

Catégories
Archives
GRAND Galleries
GRAND Galleries

Revue news sur Facebook

SuperWebTricks Loading...