Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

France : Derniers réglages avant le Mondial face à la Chine

À sept jours de son entrée dans le Mondial, l’équipe de France affronte la modeste équipe de Chine, 84 e rang mondial, ce soir (18 h) à La Réunion, pour son dernier match de préparation avec l’obligation de prendre confiance et de lever les derniers doutes.

Éric Abidal est impliqué sur les deux buts encaissés par les Bleus face au Costa Rica et à la Tunisie. Il passera un autre test important ce soir face à la Chine. Photo AFP

Djibril Cissé a bien résumé la situation : « Contre la Chine, il faut du jeu, des buts, la victoire et après on sera plus confiants et mieux dans nos têtes ».

Car les Bleus sont encore en quête de repères et de certitudes. Le 4-3-3 né à Tignes avait été emballant pour sa première sortie pré-Mondial à Lens contre le Costa Rica (victoire 2-1). Mais l’équipe de France avait ensuite manqué d’allant contre la Tunisie (1-1).

Lors de ce dernier match, le 4-3-3 avait montré ses limites, avec une équipe coupée en deux et une défense livrée à elle-même. Ce secteur n’avait vraiment pas besoin de ça. La défense centrale est toujours en chantier. Depuis la fin de l’Euro 2008, les Bleus n’ont jamais évolué plus de deux fois de suite avec la même paire de défenseurs axiaux.

Ce cap pourrait être enfin franchi ce soir si William Gallas, ménagé mercredi pour des maux d’estomac, est de nouveau associé à Éric Abidal.

Marquer d’avantage

Pour Gallas (80 sélections) ce match est important dans son programme de reprise. Après avoir soigné son mollet gauche, qui avait tenu toute l’équipe en haleine pendant le stage de Tignes, le Gunner avait joué 45 minutes contre le Costa Rica, une heure contre la Tunisie (marquant le but égalisateur avant de sortir). Il était prévu qu’il fasse un match entier, enfin, contre les Chinois.

Abidal, dont la responsabilité est engagée sur les deux buts encaissés en match de préparation, devra abandonner ses réflexes de latéral gauche qui le pénalisent dans l’axe.

Mais la défense n’est pas la seule à poser question. Le rendement offensif des Bleus est faible sur les deux matches de préparation. Contre le Costa Rica, c’est un « Ticos » qui marque contre son camp le but d’égalisation de la France, avant un beau but de Valbuena en toute fin de match. Face à la Tunisie, c’est Gallas qui égalise sur un coup franc de Gourcuff. Le bilan est maigre pour une équipe qui joue maintenant avec cinq éléments offensifs (Gourcuff, Malouda, Govou, Anelka et Ribéry sont titulaires).

Il y a aussi un problème d’individualité, avec Anelka, censé être la pointe du 4-3-3, qui descend trop bas chercher ses ballons et grippe la mécanique en attaque. Le joueur de Chelsea est pourtant l’option numéro 1 de Raymond Domenech qui s’est bien déplacé à Barcelone pour annoncer à Thierry Henry qu’il serait remplaçant au Mondial.

Moins dépendre du couloir gauche

Les doublures, justement, peuvent-elles espérer convaincre Domenech sur ce dernier match de préparation ? Pour les attaquants de pointe, Gignac a peut-être une carte à jouer contre la Chine.

Cissé, s’il entre en jeu, cherchera sans doute inconsciemment à conjurer le sort. C’est en match de préparation avant le Mondial 2006 qu’il s’était gravement blessé contre ces mêmes Chinois (fracture tibia-péroné) et avait quitté les Bleus alors qu’une place de titulaire en attaque lui tendait les bras.

Contre la Chine, les Bleus devront aussi apprendre à être moins dépendants de leur couloir gauche richement doté (Evra, Malouda, Ribéry). Car les Tunisiens l’ont montré : en fermant ce côté, la France est neutralisée. L’Uruguay, le Mexique et l’Afrique du Sud, adversaires des Français dans le groupe A, verront forcément la vidéo du match à Radès.

Le temps presse. Le 11 juin, contre l’Uruguay au Cap, l’heure ne sera plus aux réglages.

[via] lalsace.fr/fr

Catégories
Archives
GRAND Galleries
GRAND Galleries

Revue news sur Facebook

SuperWebTricks Loading...