Revue News

Le Magazine populaire de la vie au quotidien

Les ventes mondiales de mobiles au plus haut depuis 2006

Portées par le succès des smartphones, en particulier l’iPhone, et des volumes importants en Asie, les ventes mondiales de mobiles, en léger recul en 2009 en raison de la crise, ont progressé de 17% au premier trimestre 2010, la plus forte hausse enregistrée depuis 2006.

Les ventes de l'iPhone d'Apple ont bondi de 112,2% au premier trimestre 2010. Archives Lionel Vadam

Selon le cabinet d’études Gartner, sur les trois premiers mois de l’année, 314 millions de mobiles ont été commercialisés, dont 54,3 millions de smartphones, ces appareils multifonctions permettant de surfer sur internet et de télécharger des applications (musique, jeux, vidéos, etc.).

Ces derniers ont le vent en poupe, leurs ventes ayant bondi de 48,7%.

« Au premier trimestre 2010, les ventes de mobiles ont connu leur plus forte hausse depuis 2006 », souligne l’analyste Carolina Milanesi dans un entretien à l’AFP, en précisant que c’est « également la plus forte progression enregistrée depuis cette date pour les smartphones ».

Surfant sur cette vague, RIM, le fabricant canadien du BlackBerry, un mobile au départ orienté vers le monde de l’entreprise, a vu ses ventes augmenter de 45,9%, séduisant de plus en plus le grand-public, au premier rang duquel les jeunes.

De fait, RIM entre dans le top 5 des constructeurs, et ce directement à la quatrième place, ce qui entraîne la sortie de l’américain Motorola, en perte de vitesse depuis de nombreux mois.

Apple réalise de son côté son meilleur trimestre, avec une hausse de 112,2% de ses ventes, qui s’explique notamment par le succès de l’iPhone en Chine et Corée du Sud. La part de marché de la firme à la pomme reste néanmoins encore modeste, à 2,7%. Une grande partie de la hausse du marché provient par ailleurs de « l’Asie-Pacifique », « tirée par des fabricants sous marque blanche » (qui n’appliquent pas leur logo sur les mobiles et les vendent sous le nom d’opérateurs par exemple), à bas coût, précise Mme Milanesi. Parmi eux, l’hongkongais G-Five ou encore les chinois ZTE et Huawei.

Dominant encore largement le marché, le finlandais Nokia, très implanté dans les pays émergents, souffre « de la pression de ces fabricants », note Mme Milanesi, d’autant qu’il lui manque pour les pays développés un produit haut de gamme pouvant concurrencer l’iPhone ou le Blackberry.

Conséquence: en un an, sa part de marché a reculé 36,2% à 35%, alors que le sud-coréen Samsung a de son côté consolidé sa deuxième place (20,6%, contre 19,1%). Au vu de ce très bon début d’année, Gartner a revu à la hausse ses prévisions, tablant désormais sur une augmentation du marché entre 13 et 15%, contre 11 à 13% précédemment, et de 40 à 45% pour les smartphones.

« D’un point de vue des volumes, le marché renoue avec la croissance », après un recul de 0,9% en 2009, mais d’un point de vue de la valeur, la situation est différente, car « une grande partie des appareils vendus vient de fabricants asiatiques à bas coût », analyse Mme Milanesi.

De fait, « 2010 va encore être une année très stressante pour les fabricants traditionnels », en particulier Nokia, Motorola et le nippo-suédois Sony-Ericsson, « car la compétition va être féroce », souligne-t-elle.

[via] lalsace.fr

Catégories
Archives
GRAND Galleries
GRAND Galleries